Au loin les banquises

Sur un rythme lent
Je vis au carrefour des temps
En attendant peut être l’automne
Ou un train fantôme

Voguant sur une route
Pour concorder les éléments
Comme une évidence
On vit on rit on danse

On traverse les ciels
Parfois les mers
On garde un peu de sel
Pour réveiller nos mémoires

Pour aimer la nuit noire
Voir scintiller la lune
Sur le pare-brise
Et s’approcher les banquises.

MioModus.


A propos MioModus

Je m’exprime par une écriture épurée avec des mots qui frappent au cœur du temps, au cœur de tout. Je vis à Paris dans un quartier familial et j’ai la chance de pouvoir m’éloigner de la capitale de temps en temps pour me ressourcer en Picardie qui est devenue une terre d’accueil. Mes mots peuvent ainsi sortir des lignes du temps et me sont soufflés par les arbres et par la beauté de la nature. La poésie me rapproche de l’essentiel : les rives de l’âme !
Cet article a été publié dans art, books, Photo, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Au loin les banquises

  1. Sedna dit :

    Profitons de chaque jour qui passe au mieux..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s