Renaissance de l’incompris

L’éphémère, ce livre ouvert sur l’infini
Quand l’oeil cligne le temps explose
Dans un vacarme assourdissant
A l’abri de nos illusions

C’est la fin des saisons
Le début du chaos
Un vent de larmes
Finit d’achever le tableau

Le visage défiguré
La lèvre tremble
La vie s’évapore
C’est le nuage de l’être

Au coeur des alizés
En partance pour l’éternité
L’immortel enchanté
Se dépose sur ta main en baiser.

MioModus.

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Renaissance de l’incompris

  1. Sedna dit :

    Après le chaos, ce baiser entrouvre une nouvelle porte.. juste magnifique.

Répondre à MioModus Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s