Mon écorce

Sillonner les ciels
A la recherche de l’indicible
La division des sens
Au cœur du vivre et de la rime absente

Chaque mot est un pas vers l’aimante
Une mise à nu, un sein découvert
Contemplation de cette forme parfaite
L’amour est un nuage, un fabuleux présage

L’astre traverse et pénètre la matière
Pour réchauffer et donner la vie
Mais aussi pour éloigner de l’éternel ennui
D’une vie sans poésie et sans larmes

Tes joues sont mes rivières
Aux saveurs des saisons
Le sel de mon siècle
Une vie sans toi n’existe pas.

MioModus.

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Mon écorce

  1. Sedna dit :

    La dernière strophe est tellement belle, ce cri d’amour m’emporte sur les berges du rêve.

  2. un coup de cœur pour les deux dernières strophes . Très beau poème au demeurant . bon dimanche

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s