La colère des vides

Entrouvrir son crâne
Pour y sortir les voix
Résonnant impunément
Troublant le regard

Voir ce liquide s’échapper
Se répandre de sa médiocrité
Lavant le sol souillé
Il a enfin une utilité

Reste à l’oublier
Avec l’esprit vidangé
L’œil redécouvre les ciels
Et l’envie de vivre en vol plané

Pour y jouir de son corps
De ses sens retrouvés
Dans une bulle d’éternité
Confiée aux mouvements du sort

Le vent est le guide
Cap à l’ouest, au sud
A la frontière des rives
Seul au village des « espérés ».

MioModus.

A propos MioModus

Je m’exprime par une écriture épurée avec des mots qui frappent au cœur du temps, au cœur de tout. Je vis à Paris dans un quartier familial et j’ai la chance de pouvoir m’éloigner de la capitale de temps en temps pour me ressourcer en Picardie qui est devenue une terre d’accueil. Mes mots peuvent ainsi sortir des lignes du temps et me sont soufflés par les arbres et par la beauté de la nature. La poésie me rapproche de l’essentiel : les rives de l’âme !
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La colère des vides

  1. Sedna dit :

    Quand l’imaginaire rejoint l’espoir, on peut aborder la rive avec joie

  2. rêver,espérer oui mais en gardant les yeux ouverts..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s