Chants sous la lune – Chant deuxième

Ce vacarme, n’est-ce pas la vie ?
Sublime et intense, je me dédouble au carrefour des folies
Mon âme entre en fusion avec les éléments
Sur le fil de mes rimes je marche à n’en plus finir
Sous moi un océan déchaîné, le triangle de l’abîme !
Le fil est solide, ma plume pour transport
Je livre mon corps au mouvement du sort
Je reste le lien, la trace, la conjugaison des présents…

Répète après moi : « Homme libre, tu le resteras jusqu’au carrefour des lunes. Quand l’intense lumière jaillira des entrailles de la terre, tu mesureras réellement ta force et ta résistance ! Homme libre, tu ne céderas point aux tentations sublimes mises sur ta route. Ce sont des leurres qui croisent à ta distance.»

Atteindre l’île est mon ordonné pour ne pas rester figé au vent mauvais
Me faut trouver un chemin me rapprochant de ces chants que l’on entend que sous la lune
Je pousse les murs mais ils ne cèdent pas…
J’implore à mon âme la fuite mais elle ne m’entend pas…
Attendre la nuit pour atteindre la vie
Dans la pénombre les sols deviennent des bras de mer
Les eaux y sont peu profondes
Il faut s’y plonger avec légèreté
Et virevolter au-dessus de l’écume

Chante avec moi : « Homme libre, nage par-delà les mers pour atteindre ces rives que tu devines les soirs de peine ! Quand l’eau t’immergera fatalement et que tu atteindras enfin les profondeurs sublimes, ton cœur battra de nouveau au rythme des vents exaltants ! »

Enfin, l’île celle que j’aime, que je danse, que je vis !
Épuisé de l’espérer me voici à nouveau en position de vibrer à même l’immensité
De me poser pour quelques étés et trois automnes colorés
De contempler l’arbre penché qui embrasse tendrement l’océan apaisé !
De devenir l’écorce du temps après en avoir exploré les racines…

L’âpreté des sentiments… Le côté sauvage…L’éveil des sens…
Enfin vivre comme on rêve – simplement en regardant tous les ciels de nos jours heureux !

MioModus.

A propos MioModus

Je m’exprime par une écriture épurée avec des mots qui frappent au cœur du temps, au cœur de tout. Je vis à Paris dans un quartier familial et j’ai la chance de pouvoir m’éloigner de la capitale de temps en temps pour me ressourcer en Picardie qui est devenue une terre d’accueil. Mes mots peuvent ainsi sortir des lignes du temps et me sont soufflés par les arbres et par la beauté de la nature. La poésie me rapproche de l’essentiel : les rives de l’âme !
Cet article a été publié dans art, books, Photo, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Chants sous la lune – Chant deuxième

  1. Sedna dit :

    Un cri très puissant.. magnifique texte, je vous l’emprunterai un de ces jours puisque j’ai la permission..

Répondre à Sedna Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s